Poème Automnal.

Pas très assidue à la blogosphère, je m’en excuse, manque de temps, d’inspirations je crois surtout….

Merci pour vos commentaires, je passe ensuite chez vous, pour signaler mon passage, c’est la moindre des choses.

L’automne est bien installé, et il est bien ensoleillé en Provence avec des températures agréables ….

Les couleurs se précisent, les arbres commencent un peu à perdre leurs feuilles, la  » Morte Saison  » va arriver.

Petit partage avec ce texte un peu mélancolique…..

Prenez soin de vous, et au plaisir de vous lire… A bientôt !

Un petit cabanon.

Superbe chanson interprétée par le Grand Fernandel, avec  » l’assent  » ou presque…. En Provence, le cabanon est une référence depuis la nuit des temps, il se situe le plus souvent dans un coin de calanques, et toute la famille, autrefois je précise se réunissait autour d’un bon repas.. Aïoli, bouillabaisse, c’était une référence, de nos jours, je me demande si cela existe encore… Certains, mais pas sur que les jeunes adhérent à ce mode de week-end……. Mais je rêve au temps d’autrefois où la vie avait un sens, au jour d’aujourd’hui en a t’elle vraiment ?

Le Chichi Frégi.

Qu’est ce ??? c’est un délicieux beignet que l’on mange surtout autour d’une fête foraine, mais à l’Estaque, quartier un peu en dehors de Marseille, c’est un peu la spécialité….. Bon appétit, et attention aux kilogrammes, mais ce n’est que du virtuel pour l’instant.

Temps de préparation5 minTemps de cuisson3 minTemps total8 min 

La recette est bien gardée, mais je viens de déceler ce secret, goûtez ….Vous me direz !Type de plat: DessertCuisine: MéditerranéennePortions: 4 personnesIngrédients

  • 500g de farine T55
  • 20g de levure de boulanger
  • 300ml d’eau
  • 100ml d’eau de fleurs d’oranger
  • 4 c à s de sucre fin
  • 4 c à s d’huile de pépin de raisin
  • 1/4 c à café de sel
  • huile pour friture

Préparation

  1. Dans un saladier, mettre la farine. Faire un puit. Déposer d’un coté le sel et le sucre.
  2. Dans un bol, mélanger la levure fraîche de boulanger avec un peu d’eau, prise sur les 300 ml d’eau de prévue dans la recette. Ajouter dans la levure délayée dans le saladier, mais attention pas où vous avez mis le sel et le sucre, mais en face. En effet, le sel tue la levure au contact, ne l’oubliez jamais.
  3. Versez l’eau restante, l’eau de fleur d’oranger et l’huile. Mélangez à l’aide d’une cuillère. La préparation doit être une pâte assez molle sans être liquide. 
  4. Ensuite, il faut laisser reposer la pâte 2 heures, pas moins. Elle doit doubler de volume. Mettez la pâte dans une poche à douille en plastique. Pour faciliter le tout, je place la pâte directement dans la poche à douille, juste avant les 2 heures de repos. Elle peut ainsi lever dans la poche, que vous aurez pris soins de fermer avec un clip de fermeture Ikea. 

Cuisson :

  1. Faites chauffer l’huile de friture dans un contenant à cet effet. Il faut une friteuse, c’est bien mieux qu’une poêle. En partant du centre, pressez la poche et faites couler lentement en faisant un cercle (si vous y arrivez), couper à l’aide d’une paire de ciseaux.      
  2. Lorsque le boudin de pâte est bien gonflé et doré, retournez-le pour qu’il dore de l’autre côté et retirez-le. Déposez le beignet sur du papier absorbant. Coupez-le avec des ciseaux et roulez les morceaux dans du sucre cristallisé.
  3. Si vous êtes très gourmand (comme moi) vous pouvez le déguster avec une chantilly (Maison c’est vite fait).
Chichi frégi - Magali ANCENAY PHOTOGRAPHE Culinaire

source :quatresaisonaujardin.

L’été indien.

L’été se retire tout doucement, mais il est encore bien présent, finalement pour notre plus grand plaisir… J’espère que vous avez bien passé toutes ces journées estivales , le mauvais temps fut de la partie dans beaucoup de régions de France, en Provence, rien à redire il a fait beau…

L’acteur Jean-Paul Belmondo vient de nous quitter, une page qui se tourne encore, une époque aussi…. Salut l’Artiste …

L’Inventeur de la Camargue.

Je m’en viens vous raconter une histoire véridique, que j’ai moi même découverte depuis peu, il faut dire que je ne m’étais jamais posée la question ! donc la voici :

LE MARQUIS

Issu d’une famille Florentine, installée dans le Comtat Venaissin au XV ème siècle, Folco de Baroncelli est né en 1869 à Aix en Provence. Ses premiers contacts avec les taureaux remontent à son enfance. La découverte de la Camargue va alors sceller son destin, il sera manadier envers et contre tout.

En 1895, il s’installe en Camargue où il crée la « Manado Santenco » aux Saintes Maries de la Mer. En 1909, il crée la Nacioun Gardiano et participe activement à la codification de la Course Camarguaise naissante et donne ses lettres de noblesse au Gardian. Tous les témoignages insistent sur la grande humanité et la générosité de cet homme ; mais le trait marquant de son caractère réside dans ses prises de position en faveur des minorités opprimées. Il défend les Gitans pour qui il obtient en 1935 le droit d’honorer publiquement leur patronne Sara.

C’est pourquoi, le 26 mai de chaque année, une journée à la mémoire du Marquis est organisée, en présence des gitans, de groupes folkloriques et de gardians à cheval.

Afficher l’image source

Source : Site des Saintes Maries de la Mer.

Jolies balades.

Je vous invite, au travers de cette vidéo, à découvrir ou redécouvrir tous les villages du Luberon…. joli massif boisé que j’ai la chance d’apercevoir dans toute sa splendeur du haut de ma fenêtre, à l’étage, je précise.

Bon dimanche à vous qui passerez.

Et au milieu coule une rivière

Une bien jolie région que je vous invite à découvrir.

Un bon 1er Mai par avance.

Le Verdon

Au Sud de la Haute Provence, le territoire du Verdon est un mythe ! Un nom qui enchante, synonyme d’étendue turquoise, de voiles colorées, de gorges impressionnantes et de parfums de Provence.

Le paysage du Verdon a été forgé il y a cinq millions d’années par un torrent turbulent déterminé à se frayer un chemin à travers les plateaux arides de Haute-Provence, entre les Alpes de Haute-Provence et le Var, entre milieux alpins et méditerranéens. Ce site aux reliefs tourmentés, nés du choc des forces volcaniques de la terre et du retrait de la Méditerranée, est aujourd’hui connu pour ses grandes gorges. Paysage unique en Europe, le Verdon a creusé son lit sur plusieurs dizaines de kilomètres.

Le Verdon possède son grand lac : Le lac de Sainte Croix, une nappe turquoise de 2200 hectares, aux eaux calmes, posée là comme un large miroir du ciel, d’un côté, et d’une vallée agricole engloutie, de l’autre. Le barrage hydroélectrique fut aménagé en 1974. Au centre d’un paysage préservé et de toute beauté, les activités nautiques s’y pratiquent douze mois sur douze et viennent compléter des activités plus anciennes comme la faïence de Moustiers.

Montagne à l’envers, le grand canyon du Verdon a longtemps fait peur. Seuls d’intrépides cueilleurs de buis s’encordaient pour s’aventurer dans les ténèbres vertes que l’on découvre, entre les deux hautes parois rocheuses, depuis les belvédères juchés pour certains à plus de 700 m au dessus de la rivière. Aujourd’hui, les grimpeurs ont suivi les cueilleurs et les marcheurs empruntent les voies, ouvertes en 1905, par Isidore Blanc et Edouard-Alfred Martel, pour s’approcher de la rivière domestiquée par les barrages. Là-haut, dans la lumière, sous le glissement majestueux des vautours réintroduits entre 1999 et 2005, les 7 villages des gorges sont les gardiens de ce grand monument minéral classé. C’est depuis leurs postes d’observation, avec le recul nécessaire, que les images sont les plus belles. Prenez la route des Crêtes pour profiter des impressionnantes vues qu’offrent les 13 postes d’observations le long de la route. C’est avec les guides-accompagnateurs que les plus étonnantes rencontres se font avec le minéral ou le végétal, avec l’histoire ou le patrimoine.

Le plateau de Valensole, immense mer de galets accumulés sur plusieurs centaines de mètres d’épaisseur est le royaume du blé dur et du lavandin (hybride de deux types de lavande). Bleu lavande et or au début de l’été, roux et gris au cœur de l’hiver, ses couleurs suivent les saisons. L’alignement géométrique des plantations, la limite des champs soulignée d’amandiers, les villages abrités du Mistral dans les vallons, dessinent une sorte de jardin à la française qui s’étend à perte de regard. Ce paysage, un des plus saisissants de Provence, doit sa beauté au travail de l’homme.

Ce paysage à la biodiversité si riche et fragile est protégé par le Parc Naturel Régional du Verdon

http://stecroixduverdon-tourisme.fr/

http://www.moustiers.eu/

OFFICE DE TOURISME PROVENCE ALPES DIGNE LES BAINS

+33 (0)4 92 36 62 62

VAL DE DURANCE

+33 (0)4 92 64 02 64

LES MÉES

+33 (0)4 92 34 36 38

NOUS CONTACTER